Comment gérer le stress ?

17 mai 2015

Beaucoup d’étudiants éprouvent un stress intense, au point de développer une angoisse durable, qui va s’installer toute leur existence. Études, travail, loisirs, amis, famille… La vie des jeunes d’aujourd’hui est bien remplie, mais aussi bousculée par la course à la performance. L’insouciance d’autrefois n’existe plus pour les jeunes d’aujourd’hui. La plupart d’entre eux s’engagent très jeunes dans des responsabilités, au point qu’ils croulent sous la pression. La tête qui pense à cent milles à l’heure, c’est souvent l’une des premières manifestations significatives. Les doutes, les questionnements, les inquiétudes occupent tout l’espace, jusqu’à les rendre véritablement malades.

 

stress-examen-sophrologie

 

Si l’anxiété est une émotion normale, elle se transforme en problème sérieux quand elle envahit toute l’existence de la personne.
Selon les spécialistes, nous vivons bel et bien dans une société « anxiogène ».
Cette course à la performance menace certains jeunes plus que d’autres. Les étudiants sont donc inégaux devant le stress car il faut tenir compte de certaines prédispositions, probablement héréditaires, qui peuvent expliquer en partie le phénomène.

 

Aussi, l’apparition du trouble est généralement liée à un « événement précipitant », tel qu’un déménagement, une séparation, l’entrée à l’université, un examen, un concours, etc.
On sait aussi que les troubles anxieux affectent le plus souvent les plus performants, les plus perfectionnistes, et non, comme on serait tenté de le croire, les « plus faibles ».
Mais les angoisses les plus terrifiantes et invalidantes peuvent aussi être gérées, il suffit d’apprendre à le faire.

 

Mental health issues like anxiety or depression can affect student's schoolwork, and can be identified with screenings by the MSU Counseling Center. The Center will be hosting free screening at different locations around campus on Thursday. Lauren Wood/The State News

 

Une étude faite, sur 9931 étudiants durant une période de deux à quatre années, scolarisés dans 14 écoles différentes, par le Docteur Ehlinger a permis d’étudier une relation éventuelle entre le niveau universitaire moyen de ces étudiants et la présence de problèmes de santé tels que le stress, le tabagisme et l’alcool et/ou le choix de modes de vie typiques, tels que les jeux d’argent ou le temps passé devant un écran. Le stress est apparu comme le plus important avec 69,9% des étudiants qui disent être « stressés ». 40,8 % des étudiants se sont plaint de troubles du sommeil, la moitié d’entre eux affirmant que ceci a un impact sur leur parcours universitaire.

 

Il n’existe pas de solution miracle pour contrôler ou réduire stress et anxiété aux examens. Il n’y a pas le stress et l’anxiété des étudiants aux examens, mais des étudiants stressés et anxieux aux examens, avec leurs différences individuelles et leurs particularités. Le problème est à traiter au cas par cas. Travailler avec un psychologue du travail ou avec un coach est une solution efficace.

 

Nous pouvons tous développer nos capacités à gérer un stress grâce à des exercices et des techniques adaptés. Contrôler son stress, c’est renforcer son mental par un entraînement régulier.

Il faut se préparer et s’entraîner afin de mettre au point sa propre méthode. Il s’agit d’utiliser au maximum notre potentiel pour optimiser au mieux notre performance et notre bien être. Le stress n’est pas une fatalité !

 

th-1

 

Pas de commentaire

Flux RSS des commentaires de cet article.

Écrire un commentaire