Maman, Papa … je m’ennuie !

24 mai 2015

« J’en ai marre, je m’ennuie ! »

 

Les vacances sont un moment propice pour favoriser les rencontres, les découvertes, pousser nos enfants à s’ouvrir sur le monde. Cela fonctionne bien pour les ados : plus libres et plus indépendants, ils nouent rapidement des liens vers l’extérieur. C’est moins facile pour les 7-10 ans qui ne sont plus des bébés, mais sont loin d’être autonomes.

En vacances avec des grands, ils sont mis de côté ; s’ils se retrouvent avec des petits, ils maternent, mais cela ne dure qu’un temps. Et on ne peut pas demander à un enfant de 8 ans qui s’ennuie de chercher seul à se faire de nouveaux amis ou à trouver une occupation.

 

Agacement, culpabilité, incompréhension… : peu de parents restent indifférents devant un plaintif : “Je m’ennuie, j’sais pas quoi faire” de leur enfant. Qu’exprime-t-il vraiment ? Comment réagir ?

 

mon-enfant-s-ennuie-a-l-ecole_imagepanoramique500_220_136439960339538600

 

Cas n°1 : Vous venez de déplier votre transat pour vous plonger dans votre polar, et votre fils se met à geindre : “J’m’ennuie !” Ou, autre scène de la vie quotidienne : c’est au moment où vous commencez la préparation du repas que votre fille vient se coller à vous en miaulant : “J’sais pas quoi faire !”

Agaçant, mais normal : la phrase redoutée est souvent synonyme de : “J’ai envie de passer du temps avec toi, mais tu n’es pas disponible.”

 

Cas n°2 : “Ch’sais pas quoi faire !” annonce Marie-Lou en entrant dans la cuisine, encore tout essoufflée et ensoleillée par la partie de cache-cache qui l’a occupée tout l’après-midi avec les voisines. Sa formule est surtout l’expression de l’intensité de ce qu’elle vient de vivre : le jeu était tellement prenant que de se retrouver seule, sans programme particulier, lui donne fugitivement cette impression d’ennui.

Il faut en fait entendre : “Je ne sais pas encore ce que je vais faire maintenant.” Le temps de se désaltérer, de souffler un peu, et la fillette disparaît vers de nouvelles occupations.

 

 

Capture+d’écran+2014-09-07+à+15.01.19

 


Cas n°3 :
Dix-huit heures. Mélanie sait qu’elle ne va pas tarder à l’entendre, le refrain de l’ennui. Car lorsque sa fille de 5 ans gémit : “J’m’ennuie”, c’est sa façon de dire : “Je suis épuisée, j’ai faim, je n’ai plus de forces.” La journée touche à sa fin, et elle n’a plus d’énergie pour entamer un jeu, un dessin.

Avaler un petit rien lui donnera un bref regain d’énergie, juste de quoi prendre un livre, écouter un CD, ou simplement rêvasser, allongée sur le tapis, pas très loin de la présence rassurante de sa mère.

 


Cas n°4 :
Durant les vacances, les copains sont partis, les cousins ne séjournent pas forcément chez Papi et Mamie au même moment… Difficile parfois de trouver des compagnons de jeu.

Le “Je m’ennuie” revêt alors son sens propre : “Je suis seul, face à moi-même, et ce n’est pas toujours confortable.”

 

AA

 

Durant les 15 premiers jours de juillet et la dernière semaine d’août, IF Learning propose des ateliers de dessins animés qui peuvent être couplés à des cours d’anglais pour les enfants !

Pour en savoir plus : www.if-learning.com

 

D’autres idées à découvrir … avec :

– Le petit moutard : cliquez ici

– Citizenkid : cliquez ici

– Wondercity : cliquez ici

Pas de commentaire

Flux RSS des commentaires de cet article.

Écrire un commentaire